Les Minimes de l’ECCLH en tête de leur championnat

À l’Entente du Centre, si on s’est fixé l’objectif de 2020 pour arriver en Division 2, c’est pour laisser les jeunes du club prendre de la bouteille avant d’enfin s’imposer en équipe première en D1 LFH. Les jeunes de Jacky Georges n’ont toutefois pas attendu 2020 pour déjà se mettre en évidence.

Après un premier tournoi à l’étranger au Grand-Duché du Luxembourg réussi, les Minimes ont cette fois pris la tête de leur série après leur victoire dans le match au sommet dimanche 22 février contre BEHS (34-30). « Et pourtant mon meneur de jeu n’était pas là », souffle Jacky Georges. « Valentin Kerdraon est en effet blessé à la cheville et indisponible 2-3 semaines encore. J’avais donc peur avant le match mais au final, ils ont réussi à prendre leurs responsabilités, alors que d’ordinaire, ils se reposent sur Valentin. Ils ont été concentrés et ont tenté beaucoup de choses. »

Depuis, les jeunes de l’ECCHL sont donc en tête de leur série, un objectif que le coach avait fixé en début de saison. « Oui effectivement au vu de la qualité du groupe déjà fin de la saison dernière », raconte le coach. « Je savais qu’en travaillant bien, on pouvait le faire. Toutefois, le titre, si nous arrivons au bout puisqu’il reste tout de même pas mal de matches, ne serait qu’honorifique. » En effet, les observateurs auront remarqué un « R » à côté du nom de l’équipe au classement, dû à l’absence de série pour les Cadets. « Mon équipe qui a disputé le tournoi luxembourgeois était composée de U17. Or, la série Minimes concerne des U16. Du coup, nous ne pourrions pas disputer le tour final et les matches suivants face aux Liégeois ou aux Flamands. Mais c’était soit ça, soit on leur disait de faire autre chose durant une saison ! Je suis en discussion avec d’autres équipes pour la création d’équipes Cadets pour la saison prochaine. » Mais avant ça, les jeunes de La Hestre enchaînent également avec l’équipe de Promotion et certains avec la D1 LFH. Ce qui leur permet d’avoir un niveau conforme à leurs attentes. « Cumuler avec la D1 LFH, c’est peut-être un peu tôt mais pas forcément à la Promotion. Cette équipe-ci concerne des anciens et des jeunes qui commencent à percer. C’est idéal. »

TEXTE : NATHALIE DUMONT